Créé en 2005, l’université de Koudougou porte désormais le nom du journaliste Norbert Zongo, assassiné le 13 décembre 1998. Un hommage à celui qui a consacré sa vie à défendre la liberté d’expression et la bonne gouvernance

Décidé en conseil des ministres le 21 juillet 2017, l’université de Koudougou change de dénomination en devenant "Université Norbert Zongo". Hier samedi 30 novembre, une cérémonie présidée par le Haut représentant du président du Faso, Cheriff Sy, a marqué le baptême de cet établissement d’enseignement supérieur public créé en 2005, en présence du ministre de tutelle, Alkassoum Maïga. "Ce nom a été donné à l’université pour rendre hommage à ce grand homme, Norbert Zongo qui n’a fait que de la vérité et la justice, le sens de sa vie", a déclaré le ministre. Chose que le président de l’Université, les étudiants ainsi que la famille de Norbert Zongo n’ont pas manqué de saluer. "La communauté universitaire de Koudougou accueille avec grande fierté, cette initiative des plus hautes autorités de notre pays de donner le nom de Norbert Zongo à notre université. Elle traduit sans doute, la marque d’attention qu’elles portent à notre institution. En effet, porter le nom de cette illustre personnalité est une lourde responsabilité confiée à l’Université de Koudougou en ce sens qu’elle doit travailler à incarner les valeurs de courage, de combativité et de détermination portées par le célèbre Norbert Zongo comme en témoigne sa biographie", a commenté le président de l’Université Norbert Zongo, Nicolas Barro.
La famille de Norbert Zongo présente à la cérémonie dont le discours a été lu par Victor Zongo, le représentant de la famille, dit apprécier l’initiative qui marque à ses yeux, la volonté du gouvernement de rendre justice au journaliste d’investigation. La famille Zongo traduit sa gratitude aux autorités pour avoir perpétué la mémoire de Norbert Zongo, mais estime que l’arbre ne doit pas cacher la forêt fruit, en l’occurrence la vérité sur sa mort.
En réponse, le Haut représentant du chef de l’État, Cheriff S’y dit ne vouloir qu’une chose, celle de rendre justice à la famille de Norbert Zongo. Pour lui, la mort de Norbert Zongo ne restera pas impunie.

Il appelle cependant les étudiants de l’Université Norbert Zongo à défendre les valeurs de courage,d’intégrité et de détermination auxquelles Norbert Zongo aspirait.
La cérémonie de baptême fut marquée par l’inauguration d’une stèle symbolique sur laquelle s’affiche une photo du journaliste. "Toutes les fois que le nom de l’Université sera prononcé, les assassins de Norbert Zongo, où qu’ils soient, tremblerons de peur", a lancé Cheriff Sy.
Coïncidence troublante, quelques heures après le baptême de l’université, la mère du journaliste est décédée, comme si elle avait tenu à être témoin de la cérémonie pour rapporter l’information à son fils.
Faut-il le rappeler, l’Université de Koudougou a été créée en 2005 à partir de l’Ecole normale supérieure de Koudougou (ENSK). Elle compte de nos jours cinq établissements, 9 laboratoire et dispose d’un centre pédagogique universitaire.

Frédéric Tianhoun
Kaceto.net

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.