Supposons quelques suppositions. Vous vivez en France, et vous vous considérez comme généralement bien informé. Un jour, alors que vous gambadez sur les réseaux sociaux, vous “apprenez”, via des médias internationaux sérieux britanniques ou américains, le divorce, disons, de votre ancien président Nicolas Sarkozy et de sa célèbre épouse Carla Bruni. Vous parcourez frénétiquement les sites du Monde, de Libé, de L’Obs ou du Figaro pour en savoir plus, vous ne trouvez rien. Rien non plus à la télé… Il n’y a que sur des agrégateurs sauvages habitués aux “fake news” et que Le Decodex du Monde traque impitoyablement que vous trouvez une trace de cette “information explosive”.
C’est exactement ce qui est arrivé aux… Zimbabwéens. Hier, les sites de L’Obs, Paris Match Belgique et C News Matin ont annoncé, très sûrs d’eux, que Grace Mugabe,la jeune, sulfureuse et ambitieuse épouse de l’ancien président zimbabwéen Robert Mugabe — victime d’une révolution de palais qui s’est dénouée le 21 novembre dernier après 37 ans de pouvoir — avait demandé le divorce, moins d’un mois après la chute de son mari.
« Elle a été très bouleversée après que son mari a abandonné le pouvoir à son vice-président évincé », indique le site de CNews Matin. L’information serait rapportée par « la presse locale », s’enhardit celui de L’Obs, dans un article qui est “le plus lu” ce 5 décembre après-midi.
Il y a tout de même un hic. Aucun des journaux ayant pignon sur rue à Harare, la capitale du Zimbabwe, ne rapporte cette information. Ni le principal quotidien du pays, The Herald, contrôlé par le gouvernement, et qui tient un liveblog, ni le quotidien indépendant Newsday, qui dispose également d’une webtv n’en parlent. La puissante presse sud-africaine, qui suit de près l’actualité du Zimbabwe voisin, est tout aussi muette sur le sujet. Tout comme les médias britanniques, très en pointe en ce qui concerne les développements politiques dans cette ancienne colonie qui entretient avec l’ex-métropole des rapports passionnels.
En réalité, tous les grands médias francophones qui relaient cette « information » le font à partir d’une seule et unique source : le site APR NEWS, qui a très rapidement supprimé l’article en question. APR NEWS se présente une « agence de presse régionale », mais ne donne aucune information sur sa localisation, ses promoteurs et ses collaborateurs. La page dédiée aux « mentions légales » est vide de contenu (http://apr-news.fr/fr/mentions-legales). Selon nos informations, il s’agit d’un site Internet dont les animateurs sont ivoiriens (la Côte d’Ivoire est en Afrique de l’Ouest, et le Zimbabwe en Afrique australe). « Ce n’est pas vraiment une agence de presse. C’est plutôt une plateforme de reprise d’informations. Ils n’ont pas de contenu propre », indique un patron de presse en vue à Abidjan. De fait, ce site peut reprendre des « fake news ». Hier, il diffusait ainsi la « nouvelle » selon laquelle un ancien agent de la CIA a « avoué avoir tué Bob Marley », identifiée comme fausse par Le Décodex du Monde, entre autres.
Nous sommes parvenus à entrer en relation avec François-Dominique Delafosse, le principal responsable de APR NEWS. Alors que le site indique que la confirmation de la « demande de divorce » de Grace Mugabe a été obtenue par son correspondant local, Delafosse a affirmé qu’il avait lui-même obtenu cette « information » de la part d’un « ministre de Mugabe ».
Le fait est qu’APR News a en réalité repris à sa sauce un certain nombre de « révélations » publiées par des « agrégateurs sauvages » zimbabwéens. Comme ces sites, APR NEWS attribue à un certain Lawrence Brown, « porte-parole de la magistrature », l’annonce de l’information selon laquelle le divorce entre Grace et Robert Mugabe pourrait intervenir dans un mois. Or, indique le site zimbabwéen Pindula, qui a créé une rubrique destinée à traquer les « fake news » tant elles prolifèrent depuis le début du processus qui a conduit à la « démission » de Mugabe, il n’existe pas de « porte-parole de la magistrature » dans le système administratif zimbabwéen. De plus, aucun média local « mainstream » n’a repris l’annonce du mystérieux porte-parole, dont la conférence de presse a dû être méga-confidentielle. Pour Pindula, la messe est dite : il s’agit là d’une fausse information.
Nous avons joint Stanley Karombo, journaliste expérimenté ayant collaboré avec des médias tels que Voice of America et Radio Vatican, formateur en radio au sein de la prestigieuse Université de Witwatersrand. Ce professionnel zimbabwéen vivant en Afrique du Sud est catégorique : “C’est une fausse information. Beaucoup de fausses informations circulent en ce moment — y compris celle selon laquelle Mugabe est mort”.
On attend désormais que Le Décodex, qui appartient comme L’Obs au groupe Le Monde, évoque cette fausse information qui a “intoxiqué” tant et tant d’internautes. On attend aussi que L’Obs, Paris Match, C News… s’excusent pour cette légèreté qui ne s’explique que par la course au clic.
Une fois de plus, l’on constate que le traitement de l’actualité africaine, en France, autorise toutes les approximations.

kouamouo
Journaliste-bloggeur à Abidjan

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.