Formation professionnelle, protection civile, santé , insertion des jeunes, etc., le Burkina et la Principauté de Monaco renforcent leurs relations de coopération et d’amitié dans des projets "à visage humain"

L’avion du couple princier de Monaco a atterri le 10 janvier dans la soirée à l’aéroport international de Ouagadougou. Le séjour du Prince Albert II et son épouse Charlène vise à renforcer les relations de coopération entre le Burkina et la principauté de Monaco. Dans la matinée du 11 janvier, au moment où le couple princier était en audience avec le président du Faso au palais de Kossyam, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur, Alpha Barry et son homologue monégasque, Gille Tonelli, chef de la délégation et leurs équipes planchaient sur les travaux de la deuxième Session de la commission bilatérale de coopération entre le Burkina Faso et la principauté de Monaco.
Au total quatre domaines ont été examinés : santé, insertion socio-économique, éducation et protection civile. Ces sont des domaines "à visage très humain" d’après le ministre Alpha Barry, qui seraient déjà couverts par la coopération monégasque depuis juin 2014 à travers des ONG locales et internationales, des organisations internationales multilatérales et d’ONG monégasques. En outre, le gouvernement monégasque soutient des projets dans le cadre de la lutte contre la drépanocytose, la prise en charge des pathologies cardiaques des enfants, la construction de l’institut supérieur d’Etudes et de protection civile, le renforcement des capacités de la brigade nationale des sapeurs-pompiers et la construction d’un centre polyvalent à Loumbila qui sera inauguré aujourd’hui 12 janvier par les deux couples, présidentiel et princier.
De toutes ces actions en faveur du Burkina Faso, le ministre burkinabè des Affaires étrangères, s’est réjouit de ce que fait la principauté de Monaco pour le Burkina, notamment à travers des petits projets qui ont un impact direct sur la vie des populations. « Je voudrais ici exprimer la totale reconnaissance du gouvernement burkinabè au gouvernement princier et au peuple monégasque, pour leurs engagements constants aux côtés du peuple burkinabè » a-t-il dit.


Gille Tonelli, conseiller de gouvernement, ministre des relations extérieures et de la coopération de la principauté de Monaco, chef de la délégation monégasque est aussi satisfait des rapports existant entre la principauté de Monaco et le Burkina Faso, "une amitié qui ne date pas d’aujourd’hui"

Commencée en fin de matinée, la clôture des travaux de la deuxième Session de la commission bilatérale est intervenue l’après-midi, sanctionnée par une conférence de presse animée par les deux ministres. « Les échanges enrichissants que nos deux pays ont eus, notamment sur les points qui étaient à l’ordre du jour de nos travaux ont permis de faire un bilan de notre coopération et dégager de nouvelles perspectives pour d’autres coopérations. Il en ressort un bilan très satisfaisant au regard des acquis engrangés dans les domaines cités ci haut. Je voudrais saluer tous les acteurs responsables de la mise en œuvre de cette coopération, notamment les structures étatiques, les ONG et surtout le consulat de Monaco au Burkina Faso », a confié le ministre Alpha Barry. Le rendez-vous d’hier a été l’occasion pour le Burkina de présenter à l’Etat de Monaco la stratégie de développement du Burkina qu’est le Plan national de développement économique et social (PNDES) ainsi que les opportunités d’affaires dans notre pays.
Les deux parties ont également évoqué les perspectives de coopération, notamment le soutien à des projets dans les domaines de la la santé, l’insertion professionnelle, la protection civile et la jeunesse. Selon le ministre Barry, ce serait des projets d’appui à la promotion socio-économique des jeunes des régions du Sahel, du Nord et de la Boucle du Mouhoun. Ces projets pourraient également porter sur la mise en œuvre des plans d’organisations des secours dans les localités administratives communale du Burkina Faso, dans la lutte contre la mortalité infantile et pour l’autonomisation de l’institut supérieur d’étude de protection civile.
Cette deuxième session de la commission Bilatérale de coopération entre le Burkina Faso et la principauté de Monaco a été sanctionnée par la signature du mémorandum d’entente entre nos deux pays par laquelle, « la principauté de Monaco s’engage au financement pour l’année 2018 à l’année 2022, la deuxième phase du programme d’appuis au secteur de l’enseignement et la formation technique et professionnelle au profit du ministère de la Jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnel », a annoncé le ministre Barry. Il a révélé que le financement de ce partenariat va coûter environ 2,5 millions d’euro.

Pour Gille Tonelli, l’accord qui vient d’être conclu témoigne de la grande amitié qui existe entre les deux pays et il est très impatient de recevoir le Burkina Faso à Monaco en 2022 pour les travaux de la 3ème session.

Frédéric Tianhoun
Kaceto.net

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.