La gouverneure de la région du Centre-nord Nandy Somé/Diallo a manifesté mercredi, son insatisfaction parce qu’l’entreprise chargée du bitumage de la route Kongoussi-Yargo affiche seulement un taux d’exécution de 31%, à un mois du délai initialement prévu pour la fin des travaux.

La gouverneure de la région du Centre-nord Nandy Somé/Diallo était sur le chantier du bitumage de la route Kongoussi-Yargo, le 7 février 2018.

Le moins qu’on peut dire, c’est qu’elle a eu un langage de vérité à l’endroit du groupement d’entreprise OK/SGTM/GC, ayant la charge des travaux de construction et de bitumage de la section 1 (Kongoussi-Yargo) de la route nationale 22 (Kongoussi-Djibo), à propos du retard accusé dans l’exécution du chantier.

« Le constat que je peux faire est que l’entreprise a accusé un très grand retard. Les raisons ont été évoquées, mais nous avons demandé à ce que les travaux puissent se réaliser dans les délais que l’entreprise a elle-même demandés. A notre niveau, nous avons demandé à l’entreprise de prendre des dispositions internes pour renforcer ses équipes afin de travailler 24 h/24 surtout sur les grands ouvrages. En clair, la satisfaction n’est pas totale à notre niveau parce qu’il y a beaucoup d’efforts qui doivent été faits et il faudrait que tout se réalise avant la saison des pluies », a-t-elle martelé.

Lancé en août 2016 par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba à Djibo avec un délai d’exécution de 18 mois, le tronçon enregistre un taux d’exécution de 31% à 1 mois du délai initial prévu pour mars 2018.

Selon le chef de mission de contrôle Idir Achabou, cette lenteur est due à une difficulté financière que connait l’entreprise.

« L’entreprise connait des difficultés financières et lorsqu’on a des difficultés financières, on ne peut pas avancer dans les travaux. Ce que je peux dire c’est que c’est un problème inter-bancaires. Le bailleur paye mais l’argent n’arrive pas chez l’entreprise. Le reste, seule l’entreprise peut expliquer. Moi je ne peux plus dire quoi que ce soit » a-t-il justifié.

Face à la situation, le groupement d’entreprise a demandé une prolongation de cinq mois soit fin juillet 2018 pour livrer la route. « Nous avons imprimé un rythme exceptionnel pour respecter le nouveau délai » a laissé entendre Abdoul Aziz Nikiéma, représentant de l’entreprise Globex construction venue en renfort.

Financée par la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) et l’Etat burkinabé à hauteur de 5 milliard 500 millions de francs CFA, la section Kongoussi-Yargo distante de 16 km, comporte une largeur de chaussée de 12 m à l’intérieur de la ville et de 10 m en rase campagne.

Notons que cette sortie de la Gouverneure du Centre nord dans la province du Bam s’inscrit dans le cadre d’une supervision des chantiers de l’Etat burkinabé.

Agence d’Information du Burkina

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.