Trois joueurs de l’équipe de football de Benfeld ont été insultés et agressés violemment, dimanche 6 mai, alors qu’ils disputaient un match à Mackenheim, dans le centre de l’Alsace. L’un d’eux a perdu connaissance sous les coups. Une enquête est en cours.

Que s’est-il passé dimanche 6 mai sur le terrain de foot de Mackenheim, en centre-Alsace ? Selon plusieurs témoignages, quelques minutes avant la mi-temps du match contre l’AS Benfeld, plusieurs personnes dont des joueurs de Mackenheim, se sont ruées sur les quatre joueurs noirs de l’équipe de Benfeld pour les frapper. L’un d’entre eux, Kerfalla Sissoko, a perdu connaissance sous la violence des coups portés. Il souffre d’une fracture de la mâchoire et aux côtés. Un autre joueur a eu la lèvre coupée et un troisième des contusions.

Il faisait beau et peut-être trop chaud ce jour là. Quoiqu’il en soit, la rencontre a débuté à 16h et immédiatement, des insultes racistes ont été entendues en provenance des bancs de Mackenheim. Kerfalla Sissoko, 24 ans, tourneur-fraiseur originaire de Guinée et en France depuis 4 ans, préfère les ignorer :

« On me disait “sale nègre”, “retourne dans la brousse d’où tu viens”, ce genre de choses… Et puis les joueurs de Mackenheim donnaient des coups, n’étaient pas très réglo. Mais bon, c’est parfois comme ça le foot. On se disait, ils sont dominés, ils sont énervés, c’est ainsi. Je m’en suis ouvert à l’arbitre, j’ai signalé qu’il y avait des enfants que ce n’était pas un exemple pour eux de nous parler ainsi. Ça se voyait qu’ils n’étaient pas là pour le foot. Bon… le match a continué puis un peu avant la mi-temps, un de mes équipiers est frappé. Il tombe au sol et je vois un joueur de Mackenheim lui marcher dessus. Je l’arrête et appelle l’arbitre. Et là, le gardien de leur équipe me frappe. Je reçois plusieurs coups, j’ai juste le temps de voir quelqu’un arriver avec un couteau avant de m’évanouir. »

Quatre joueurs de l’AS Benfeld sont noirs (doc remis / Facebook)
Quatre joueurs de l’AS Benfeld sont noirs (doc remis / Facebook)

« Des gens sont sortis du public pour se ruer sur les joueurs noirs »

La suite, c’est Jean-Michel Dietrich, président de l’AS Benfeld, qui la raconte :

« Je sentais mes joueurs nerveux, tendus… Je ne comprenais pas pourquoi jusqu’à ce que j’entende les insultes racistes. Il y a 4 joueurs d’origine africaine dans mon équipe. Et là j’ai compris. Puis une faute a été sifflée et il y a eu une bousculade entre les joueurs. Très vite, des gens sont sortis du public pour se ruer sur les joueurs noirs de notre équipe. Ils étaient comme fous. Le temps que je me rende sur le terrain pour les séparer, beaucoup de coups avaient été échangés déjà. J’ai vu Karfalla en sang, sur le sol et qui était en train de s’étouffer. J’ai eu très peur pour lui mais pour moi aussi, parce que j’ai vu des gens sortir des couteaux. Quand on vient à un match avec un couteau, c’est pas pour jouer au foot ! »

Moudi Laouali, 28 ans, né au Niger, est le joueur qui a été mis à terre en premier, il raconte :

« Un peu avant la mi-temps, on me donne un coup sur le genou. Je suis poussé à terre et là, un joueur de Mackenheim me marche sur la cheville, très violemment. Puis tout s’est enchaîné très vite, je n’ai jamais vu un tel déchaînement de violence, on aurait dit qu’ils n’attendaient que ça ! J’ai vu un couteau, j’ai vraiment cru que j’allais y rester. J’ai vu mon coach qui me criait de revenir vers lui et j’y suis allé aussi vite que j’ai pu avec mon pied douloureux… »

Le match est arrêté par l’arbitre. L’équipe de Benfeld appelle les secours et la gendarmerie, qui arrive sur place environ 15 minutes après les faits. Kerfalla Sissoko est emmené aux urgences à l’hôpital de Sélestat. Il y restera jusqu’à 2h du matin, faute d’être en capacité de tenir debout comme il le raconte :

« Je me suis réveillé dans le camion des pompiers, j’avais très mal à la tête. À l’hôpital, je ne pouvais pas me lever, dès que j’essayais, ma tête tournait et je tombais aussitôt. Ils m’ont prescrit un arrêt de travail d’une semaine, qui sera peut-être prolongé lundi après ma visite devant le chirurgien. »

Kerfalla Sissoko a eu la machoire brisé et a failli s’étouffer sur le terrain (doc remis)
Kerfalla Sissoko a eu la machoire brisée et a failli s’étouffer sur le terrain (doc remis)

Les trois joueurs noirs blessés de l’équipe de Benfeld ont porté plainte dès le lundi à la gendarmerie de Marckolsheim pour coups et blessures et insultes à caractère racistes. Ils n’ont cependant pas subi d’examens médicaux spécifiques pour leur procédure. Une enquête est en cours mais aucune personne n’a encore été entendue par les gendarmes.

Jean-Michel Dietrich a publié un article sur Facebook, dans lequel il met en cause l’AS Mackenheim dans la gestion de ces événements :

« Personne de l’équipe à domicile ne nous a aidés, il a fallu que ce soit nous qui appelions les secours. Ils rejettent la faute sur nous en disant que nous les avons provoqués ! Ce serait une première étant donné que nous sommes la meilleure équipe du championnat en termes de fair-play. À ce jour, le président du club de Mackenheim n’a pris aucune nouvelle de nos joueurs blessés. Je suis très déçu par son attitude, c’est pour ça que j’ai publié sur Facebook le rapport que j’ai envoyé à la Ligue. »

L’AS Mackenheim dément

Du côté de l’AS Mackenheim, on se défend de toute attitude raciste. Le club a publié un démenti succinct sur sa page Facebook, indiquant condamner « ces actes de violence malgré le fait que nos joueurs ne soient pas les seuls coupables (sic). » Pascal Jehl était dans les gradins de Mackenheim dimanche. Il raconte :

« Un joueur de Benfeld était “chaud”, ça commençait à énerver tout le monde. Mais je n’ai pas entendu d’insultes racistes. Chez nous aussi il y a un joueur noir et d’autres issus de diverses origines étrangères… Dès que la bagarre a éclaté, nous sommes allés sur le terrain pour séparer les joueurs. C’était assez confus très vite mais bon, les bagarres, ça arrive entre joueurs… À ma connaissance, personne issu du public ne s’est battu. Depuis 30 ans que le club existe, nous n’avons jamais eu d’affaires comme celle-là. »

Le président de l’AS Mackenheim, Philippe Jehl, n’a pas retourné nos appels. De son côté, la Ligue d’Alsace de football amateur (LAFA) se refuse à tout commentaire avant lundi, date à laquelle un bureau du comité directeur de la LAFA doit se réunir pour traiter ces faits « à la lumière des différents rapports en sa possession, » selon son directeur Christophe Carbiener.

Rue89 Strasbourg

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.