Les maladies et problèmes associés à la santé mentale constituent un réel enjeu de santé publique dans le monde. On estime qu’une personne sur cinq en est touchée chaque année et même qu’une personne sur trois en est concernée si on se réfère à la prévalence sur une vie entière.

Les maladies et problèmes associés à la santé mentale constituent un réel enjeu de santé publique dans le monde. On estime qu’une personne sur cinq en est touchée chaque année et même qu’une personne sur trois en est concernée si on se réfère à la prévalence sur une vie entière.
Aujourd’hui au deuxième rang des causes mondiales de handicap selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), les spécialistes de la question estiment que les maladies mentales pourraient occuper le premier rang à l’horizon 2020. Nombre d’entre elles sont par ailleurs associées à une réduction de 10 à 20 ans de l’espérance de vie. Plusieurs facteurs expliqueraient cette mortalité prématurée : les suicides, les conduites à risque ou ce qu’on appelle les « comorbidités somatiques » (diabète, maladies cardiovasculaires…).


Loin d’être anecdotique, la question de la santé et des maladies mentales est une question majeure qui concerne particulièrement les enfants, les adolescents et les jeunes. 0n estime à près de 20% les adolescents du monde touchés par des problèmes mentaux ou de comportement. Environ la moitié des troubles mentaux commence avant 14 ans et 70% d’entre eux avant 24 ans (période d’émergence de l’âge adulte). La dépression occupe une place de choix dans la liste des maladies qui frappent les jeunes âgés de 15 à 19 ans, et le suicide est l’une des principales causes de mortalité dans le groupe des 15 à 35 ans.
Aujourd’hui je voudrais partager avec les lecteurs de Kaceto.net, les résultats d’une analyse que j’ai faite sur des corpus de titres de publications scientifiques fournies par le portail PubMed entre 2006 et 2016 et centrées précisément sur cette population d’enfants, d’adolescents et de jeunes (au total 187193 titres d’articles analysés, soit en moyenne 18719 titres d’articles par an).
Je rappelle que PubMed est un outil d’exploration de plus de 27 millions de références en médecine, psychiatrie et sciences médicales, publiées depuis 1950 dans plus de 5000 revues biomédicales.
Le graphique ci-après que je vous livre aujourd’hui montre qu’au cours de ces cinq dernières années en particulier (2012-2016) il y a eu comme une hausse continue de l’intérêt scientifique pour les problématiques de santé mentale (maladies et problèmes associés) à chaque fois qu’il est question des enfants, des adolescents et des jeunes dans les publications des chercheurs. La courbe de tendance polynominale d’ordre 2 montre un coefficient de détermination de 0,9101, ce qui indique une excellente correspondance entre la courbe et les données.

N.B. : la référence sémantique générique « santé mentale » désigne ici la (bonne) santé mentale, mais aussi les maladies et problèmes associés.
Selon l’OMS, les enfants, les adolescents et les jeunes touchés par les troubles mentaux doivent faire l’objet d’interventions scientifiques fiables et précoces, non pharmacologiques (interventions psychosociales ou autres).
Qu’en est-il en Afrique ? Quelles connaissances y a-t-on de ces questions ? Quelles représentations sociales ? Quel intérêt y accorde-t-on au phénomène ? Dispose-t-on d’assez de pédopsychiatres sensibilisés à ces questions ? Quelles dispositions politico-juridiques ? Etc.
Bref, il est important d’avoir à l’esprit que les problèmes de santé mentale non traités chez les enfants, les adolescents et les jeunes peuvent avoir des conséquences multiples : mauvais résultats scolaires, chômage, consommation de stupéfiants, comportements à risque, criminalité, mauvaise santé sexuelle et procréative, automutilation, mauvaise hygiène personnelle, etc. Tout cela contribue fortement à augmenter le risque de morbidité et de mortalité prématurée tout au long de la vie.
Les problèmes de santé mentale chez cette catégorie de population en particulier entraînent de lourds coûts économiques et sociaux, dans la mesure où ils deviennent souvent plus handicapants à long terme. A ce propos, je vous conseille de lire ou de relire la série d’articles autour de ces questions publiés sur Kaceto.net par notre ami Denis Dambré.

Ousmane SAWADOGO, expert en Text Mining et Web Content Mining,
Kaceto.net.

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.