Dans la perspective de l’entrée en vigueur imminente de l’institution d’une déclaration obligatoire du FRET, les représentations du Conseil burkinabè des Chargeurs (CBC) et de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina (CCIB) en Côte d’Ivoire, assistées de l’Ambassade et du Consulat général d’Abidjan ainsi que des représentants de l’Office ivoirien des Chargeurs (OIC) et du Port autonome d’Abidjan (PAA), ont animé une rencontre d’échanges, le jeudi 11 août 2016, avec tous les acteurs intervenant dans le domaine des transports routiers en direction ou en provenance du Burkina.

La salle de réunion du CBC d’Abidjan a refusé du monde, le 11 août 2016, à l’occasion de la rencontre d’information et d’échanges, initiée par son représentant en Côte d’Ivoire, Monsieur Moussa Ouédraogo. A l’ordre du jour, deux points : l’institution d’une déclaration obligatoire du FRET et la concertation ou la mise en place de l’organisation des transporteurs routiers burkinabè en Côte d’Ivoire.
Dans sa déclaration introductive, le représentant du CBC en Côte d’Ivoire, Moussa Ouédraogo, s’est réjoui de cette décision qui intervient immédiatement après la tenue à Yamoussokro du 25 au 29 juillet 2016 de la 5ème Conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC). L’institution de la déclaration obligatoire du FRET et du BON DE CHARGEMENT a pour objectif principal de rendre fluide le transport des marchandises entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire à partir du Port autonome d’Abidjan.
Souhaitée par la Banque mondiale et voulue par les deux Etats au cours du 5èmeTAC, la signature de cet accord de déclaration obligatoire de FRET vise aussi à protéger les intérêts économiques des deux pays par une grande réduction, voire, une suppression des importantes déperditions du fret en direction du Burkina Faso.
En rappel, la note circulaire du 29 juillet 2016 de la Direction Générale des Douanes de la République de Côte d’Ivoire porte à la connaissance de l’ensemble du service et des usagers que, conformément à la note d’information conjointe des Conseils des chargeurs du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire, il est mis en place un Guichet Unique de Déclaration obligatoire de FRET au sein de la représentation du CBC. « Les chargeurs ou leurs mandataires à cet effet devront impérativement y déclarer le fret à destination ou en provenance de la Côte d’Ivoire et/ou du Burkina Faso. L’accomplissement de cette formalité est une condition préalable à la délivrance du Document Unique de Transport (DUT) ou du Bordereau de Suivi du Trafic Routier (BSTR). En conséquence, la non détention de l’un ou de l’autre de ces documents entrainera l’immobilisation du véhicule jusqu’à ‘accomplissement de cette formalité administrative nécessaire au suivi et au contrôle du trafic des marchandises. Par ailleurs, ces déclarations de fret peuvent être effectuées soit dans les locaux du Guichet Unique ou par adresses e-mail : gu.Fret@yahoo.fr ; gu.Fret@gmail.com, accompagnées d’un document. »
Avec le retour de la paix, la Côte d’Ivoire reprend sa place de premier partenaire économique du Burkina avec un volume d’échanges de plus de mille millions de tonnage de marchandises. Et l’institution d’une déclaration obligatoire de FRET, accompagnée de BON de chargement mettent le Port autonome d’Abidjan au même niveau que les autres ports de la sous-région. Le but essentiel est : la transparence, l’effectivité du chargement et l’assainissement des mouvements des camions au Port.

Le Service Presse de l’Ambassade du Burkina en Côte d’Ivoire

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.