A 15 mois de l’élection présidentielle, les ambitions se dévoilent. Ci-contre, celle de Salomon Justin Yaméogo, un des fils du premier président Maurice Yaméogo, qui en appelle à la mise en place d’un Mouvement révolutionnaire unifié.

1. Constatant avec une profonde tristesse la progression d’un marasme économique national, qui engendre une détresse sociale grandissante, encouragé et entretenu par une gouvernance-à-vue, hésitante, opaque et sans vision ;
2. Constatant une situation de désordre quasi-généralisée au plan national (qui est enrichie et entretenue par la dominance de politiques et de pratiques plus orientées vers les intérêts individuels et/ou coalisés que par l’intérêt commun/national) nous ayant conduit :
a. A une insécurité croissante (terrorisme, vols avec violences divers dans des lieux de travail et sur les routes, justice parallèle) ;
b. A la décrépitude de notre système éducatif, qui peine même toujours à normaliser les années scolaires et universitaires, démotivant les enseignants consciencieux et encourageant les enseignants affairés et/ou sur-politisés ;
c. A la décrépitude de notre système de santé, qui peine à répondre aux attentes de nos populations du fait de l’absence d’une véritable assurance qualité de services, voire même souvent de l’absence de services ;
d. Aux pertes de nos valeurs culturelles et l’avènement de comportements dépravés, des incivismes et du recul de la qualité de l’encadrement social de l’enfant ;
e. A la fronde sociale légitime, provoquée par les réponses sporadiques et inappropriées de la gouvernance-à-vue pour certaines catégories de travailleurs (ce qui a exacerbé les fractures sociales au lieu de les résorber)
f. Aux problèmes multiples d’aménagement du territoire (accès à la terre, au logement, à la propriété foncière) ;
g. Aux comportements singuliers dans les concessions et dans l’exploitation minière, de même que le manque de maîtrise des quantités exploitées par les services de l’Etat, qui entraîne des pertes immenses pour le Trésor public ;
h. A la faiblesse de notre système judiciaire (du fait de lois souvent inappropriées et/ou insuffisantes, incomplètes) qui, en sus, se révèle extrêmement lent sur certaines affaires mais curieusement accéléré pour d’autres, du fait de sa séparation incomplète avec le pouvoir exécutif (avec une relative complicité du pouvoir législatif) ;…

En ce vendredi 12, du mois de juillet 2019, moi, Salomon Justin Yameogo, déclare officiellement mon intention d’être candidat indépendant à l’élection présidentielle de 2020 au Burkina Faso, en vue de lancer une Révolution Institutionnelle forte, pour mettre un terme à l’utilisation et à l’exploitation de nos Institutions à des fins personnelles et/ou sectaires/corporatistes : nos hommes politiques et nos responsables administratifs devraient servir nos institutions et non pas se servir de nos Institutions.
La Révolution Institutionnelle mettra un terme aux faiblesses de nos Institutions, qui sont aujourd’hui facilement manipulables : nous ne permettrons plus l’exploitation sauvage de nos valeurs et de nos richesses à des fins autres que notre véritable développement et pour construire l’avenir de nos enfants, de nos descendances. La Révolution Institutionnelle permettra en outre d’apurer définitivement tous les passifs de L’Etat, dans le délai d’un seul mandat, grâce à une gouvernance et une politique participatives, vertueuses et inclusives qui ramèneront la paix et la sérénité au Faso : ce qui permettra de conduire/promouvoir de véritables actions de développement, de cohésion nationale et de promotion de nos valeurs culturelles positives.

En vue de travailler à l’avènement de cette Révolution Institutionnelle forte, je lance aujourd’hui un appel solennel, patriotique aux fils et aux filles du Faso qui sont soucieux de notre Avenir Commun (de celui de nos descendances) en vue de la mise en place ultérieure du Mouvement Révolutionnaire Unifié. D’ores et déjà, tous ceux et toutes celles (qui sont intéressés par cette INITIATIVE) sont appelés à se préparer et à préparer la future mise en place de Comités Révolutionnaires (quartiers, secteurs, services, départements, provinces et/ou régions), par des discussions autour d’eux/elles, dans les familles et même dans les environnements de travail ou de vie.
Ensemble, préparons-nous activement à faire une toilette vigoureuse de nos institutions en vue de construire une paix durable pour tous et toutes, et de travailler à éradiquer la misère dans notre pays par des lois justes (adaptées à nos réalités, à nos besoins, à notre vision et à notre vivre ensemble).
Ensemble, tenons-nous prêts à répondre aux mots d’ordre pour la mise en place du Mouvement Révolutionnaire Unifié.
Vivement, que la paix soit dans tout le Faso, afin que nous ayons une élection fiable en 2020 et que (ensemble) nous tuons les ennemis de notre peuple, par nos bulletins de vote dans les isoloirs et par la Révolution Institutionnelle que nous mettrons alors en place.
Paix et Gloire éternelles à notre Peuple !

à Ouagadougou le 12 juillet 2019,

Salomon Justin YAMEOGO,
Contacts : +226 70001412 et 78001412.
Facebook : Salomon Justin Yameogo
Twitter : Salomon J. YAMEOGO @VeritesObligent

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.