En Arabie Saoudite, les femmes ont désormais le droit de voyager hors des frontières du pays sans la permission d’un "gardien" masculin.

Un (petit) pas pour le droit des femmes en Arabie Saoudite : depuis mardi, elles ont maintenant le droit de sortir du territoire sans la permission d’un homme. Les autorités saoudiennes ont commencé à appliquer la réforme annoncée début août, une mesure inédite pour le pays.

L’administration saoudienne a commencé mardi "à recevoir des demandes de femmes âgées de 21 ans et plus pour obtenir ou renouveler un passeport et voyager hors du royaume sans permission", a ainsi annoncé le département des passeports.

La mesure, annoncée le 1er août, a écorné le système saoudien de "gardien masculin", qui assimile les femmes à des mineures toute leur vie durant en les soumettant à l’autorité arbitraire de leur mari, père ou autres parents mâles.

Évasion de Saoudiennes à l’étranger

Cette réforme est intervenue alors que plusieurs affaires d’évasions à l’étranger de jeunes Saoudiennes se déclarant victimes de violences de la part de leurs "gardiens" ont défrayé la chronique ces derniers mois. Elle s’inscrit dans la série de mesures de libéralisation du prince héritier Mohammed ben Salmane, homme fort du royaume ultra-conservateur. La plus emblématique de ces mesures a été celle permettant aux femmes de conduire une voiture, mise en application en juin 2018.

Autres changements qui, sans le démanteler, affaiblissent le système de "gardien" obligatoire pour les femmes : les Saoudiennes peuvent désormais déclarer officiellement une naissance, un mariage ou un divorce, et être titulaires de l’autorité parentale sur leurs enfants mineurs, des prérogatives jusqu’ici réservées aux hommes. Ces changements ont été largement salués en Arabie saoudite.

"Ces développements ont été longs à venir. De l’inclusion des femmes dans le Conseil consultatif à la délivrance de permis de conduire aux femmes, notre leadership a prouvé son engagement sans équivoque envers l’égalité des sexes", a ainsi réagi sur Twitter Rima bint Bandar, première femme ambassadrice de l’Arabie Saoudite aux États-Unis. La décision a entraîné une vague de jubilation sur les réseaux sociaux où les hashtag "No Guardianship Over Women Travel" (pas de gardiennage pour les voyages des femmes) ou "This is our time" (c’est notre moment) gagnent en popularité.

L’Arabie saoudite et sa gouvernance dynastique

Ces annonces ont en revanche entraîné une réaction de membres ultraconservateurs de la société qui ont partagé des vidéos de prêches de religieux saoudiens, prônant le système de "gardien masculin". Certains ont aussi dénoncé un changement "contraire à l’islam".

Par LEXPRESS.fr avec AFP

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.