René Wendbénédo Nikièma a été tué par un voleur et le colis suspect découvert à Rayongo ne contenait pas de produit explosif, telle est la substance du contenu du communiqué publié aujourd’hui par le procureur du Faso. Deux événements intervenus dans la même journée du 31 octobre 2019

Le 31 octobre 2019, l’opinion publique apprenait par le canal des réseaux sociaux le décès du sieur NIKIEMA Wendbénédo René des suites de ses blessures. Il faut rappeler que celui-ci avait été victime d’une agression par arme à feu dans la soirée du 27 octobre 2019.

Les premiers éléments de l’enquête ouverte suite à cet incident faisaient état de ce que dans la soirée du 27 octobre 2019 aux environs de 17 h 30 minutes, le gérant d’une boutique orange money a été victime d’un braquage par un individu armé non identifié évoluant sur un vélomoteur de marque Yamaha 135 dans le quartier Bilbalogho de Ouagadougou. Ayant entendu les cris de la victime « au voleur, au voleur », le sieur NIKIEMA Wendbénédo René, qui habite à proximité de ladite boutique, sortait et apercevait un individu sur un vélomoteur qui tentait de prendre la fuite. Parvenu à sa hauteur, le sieur NIKIEMA Wendbénédo René, déséquilibrait le fuyard en le chutant et tous les deux tombaient. C’est en se relevant que le braqueur a tiré à bout portant sur le sieur NIKIEMA Wendbénédo René au niveau de l’abdomen avant de prendre la fuite, abandonnant son vélomoteur. Au cours de sa fuite, une autre personne de sexe féminin sera braquée et dépossédée de son vélomoteur avec lequel le délinquant s’est échappé.

Nous présentons nos condoléances les plus attristées à la famille de Monsieur NIKIEMA Wendbénédo René.

L’enquête suit son cours et nous tenons à rassurer l’opinion publique que tout sera mis en œuvre pour faire la lumière sur la mort du sieur NIKIEMA Wendbénédo René.

Dans la matinée de la même journée du 31 octobre 2019, aux environs de neuf (09) heures les services de police avaient été saisis de ce qu’un colis suspect aurait été découvert dans la zone du quartier Rayongo de Ouagadougou. Une équipe de la Brigade Anti-Criminalité se déployait sur les lieux pour créer un cordon de sécurité. Le génie militaire et la Brigade Spéciale des Investigations Anti-terroristes et de Lutte contre la Criminalité Organisée (BSIAT) s’y transportaient également.

Les premières constatations décrivaient ledit engin comme ressemblant à une bonbonne de gaz telle celle contenue dans le climatiseur central d’une grande surface. Les informations recueillies sur place faisaient ressortir également que des individus non identifiés avaient été aperçus dans la nuit du mercredi 30 octobre 2019 y déposant ledit engin à l’aide d’un tricycle.

Le génie militaire procédait finalement à la destruction de l’engin avec un explosif militaire, toute chose qui a provoqué une forte détonation, une onde de choc et un dégagement de feu et de fumée sans faire de victime.

Les premières constatations faites par l’équipe de la BSIAT, après la destruction de l’engin, faisaient ressortir qu’aucune substance explosive n’était à l’intérieur de la bonbonne.

Une enquête a également été ouverte sur cet incident afin d’identifier les personnes qui ont déposé cette bonbonne de gaz à cet endroit, de déterminer les circonstances de l’arrivée de ladite bonbonne en ces lieux et les intentions de ceux qui l’y ont déposé.

Nous lançons enfin un appel à témoin pour aider dans la recherche et l’identification de l’agresseur du sieur NIKIEMA Wendbénédo René et des personnes ayant déposé la bonbonne de gaz dans le quartier Rayongo de Ouagadougou. Toute personne désireuse d’apporter son témoignage peut saisir l’un des commissariats de police ou l’une des brigades de gendarmerie les plus proches.

LE PROCUREUR DU FASO

YODA Harouna

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.