La Commission électorale nationale indépendante (CENI) continue de dérouler son agenda. Hier, son président, Newton Ahmed Barry fait le bilan final des opérations d’enrôlement des nouveaux électeurs devant les représentants des partis politiques.
Au total et après les corrections des doublons, ce sont 1 122 554 personnes qui ont été enrôlées durant le processus, portant à 6 492 02, le nombre total des électeurs inscrits.
En raison de l’insécurité qui règne dans plusieurs localités du pays, les opérations d’enrôlement n’ont pu se tenir dans 1500 villages répartis dans 22 communes.
Une révision du code électoral récemment votée à l’assemblée nationale permet de prendre en compte ces zones où à l’évidence, le scrutin ne pourra pas se dérouler.
Dans les détails, le président de la CENI a indiqué que les hommes représentent 53,17% des nouveaux inscrits, contre 46,83 de femmes avec une majorité de jeunes, soit 52%.
En éclatant les chiffres par régions, le nombre d’inscrits s’établit comme suit :
Centre 1 294 644
Hauts-Bassins : 780 032
Centre-Est, 510 706,
Boucle du Mouhoun, 529 042 ,
Nord, 512 109,
Centre-sud, 464 089,
Centre-Nord, 464 041
Centre-Ouest : 464041
Est : 457161
En ce qui concerne les Burkinabè de l’extérieur, on le sait, le bilan des opérations d’enrôlement est un échec : seulement, 23021 compatriotes se sont inscrits, dont
18 815 dans la zone Afrique, 1 059 dans la zone Amérique, 332 dans la zone Asie et
2 811 dans la zone Europe.
Le chef de file de l’opposition politique et par ailleurs candidat de l’UPC à l’élection présidentielle, Zéphirin Diabré, pas confiant sur la fiabilité du fichier, avait émis le souhait qu’il soit soumis à un audit international avant publication requête qui avait été bien accueilli aussi bien par le CENI que la majorité présidentielle.