Il y avait comme une séparation de corps entre Mahamadi Kouanda et la direction du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) depuis l’élection en mai 2018 d’Eddie Komboïgo à la présidence du parti. Le divorce est maintenant bel et bien consommé. Dans une lettre adressée au président Komboïgo, Mahamadi Kouanda a annoncé sa démission du parti pour dit-il " mettre fin au calvaire de bafouement des idéaux, des principes sacrés et du non-respect des orientations du fondateur".
La semaine dernière, la justice l’avait enjoint de ne plus utiliser le logo du CDP au compte de son courant dit "CDP Courant Mahamadi Kouanda".
La rupture ainsi intervenue à l’initiative de celui qui conteste la légitimité du président du parti, clarifie désormais les rapports entre les deux figurent de l’ex parti au pouvoir qui rêve pourtant de reconquérir le pouvoir en novembre prochain.

« Monsieur, le Président

Depuis le 10 mai 2020, notre parti vit des moments difficiles caractérisés par la mal gouvernance et la personnalisation de la direction avec pour corolaire la déstabilisation de la cohésion et l’unité des militants surtout en cette année électorale.
Malgré les hostilités, la calomnie entretenue, le Fondateur nous a reçus en août dernier en vue d’œuvrer pour l’union sacrée, le rassemblement, la cohésion entre les militants. De 20 provinces prioritaires au départ, nous avons revu nos ambitions à la baisse pour 10 provinces. De plus, nous avons accepté de partager la liste nationale et le Kadiogo,
Nous avons également exprimé notre désapprobation au maintien de la candidature de Monsieur Eddie W.
KOMBOIGO à la magistrature suprême. Malgré ces concessions, vous avez délibérément refusé de respecter les orientations du Président d’honneur et Fondateur du parti, Blaise Compaoré. Celui-ci vous •a demandé lors de votre séjour à Abidjan du 24 au 26 août 2020 de mettre en œuvre une démarche de consensus et de conciliation afin d’assurer au parti une victoire aux élections du 22 novembre 2020.

Par la présente, je vous notifie ma démission du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Cette décision se justifie par le faite que je vais mettre fin au calvaire de bafouement des idéaux, des principes sacrés et du non-respect des orientations du fondateur, qui demeurent notre référentiel. J’exprime à l’ensemble des militants mes remerciements et leur dis que c’est à mon corps défendant que j’ai décidé de prendre cette décision politique et historique. Je demeure convaincu que nous allons nous retrouver sur les chemins de la paix, la réconciliation, la cohésion et développement de notre cher pays, au-delà de nos divergences actuelles. Que le Tout-Puissant bénisse notre chère patrie.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le président, l’expression de ma considération distinguée ».
El Hadj Mohamadi Lamine KOUANDA
Commandeur de l’Ordre national
Co-fondateur du CDP