Du 19 au 23 juillet 2021, se sont déroulés, dans la Salle du dialogue
social sise au 4è étage de l’immeuble Baoghin, les travaux de la
rencontre Gouvernement/Organisations Syndicales de travailleurs
autour des engagements 2015 et 2016, du cahier de doléances du 1er
mai 2017 et de la plateforme revendicative du 1er mai 2021.
La reprise du dialogue après une rupture de quatre (4) ans a été saluée par les deux parties et elles ont souhaité que les cadres de rencontres permanentes fonctionnent afin de trouver des réponses concertées aux préoccupations des travailleurs en tenant compte des moyens de l’Etat.
A l’issue des travaux, les deux parties ont adopté le 23 juillet 2021 un document de synthèse qui reprend l’essentiel des points d’accords sur lesquels ils sont tombés.

La situation nationale présentée par le gouvernement

Selon le gouvernement, la situation nationale est marquée à la fois par le défi sécuritaire et humanitaire, avec plus de 1300 000 personnes déplacées internes en fin juin 2021 et par le défi sanitaire dû à la maladie à Coronavirus.
Cette situation a entrainé une réorientation des priorités du
gouvernement, mais d’énormes efforts ont été consentis pour améliorer les conditions de travail des travailleurs.
En réponse, les syndicats ont attiré l’attention du gouvernement sur le format de la rencontre qui a occasionné de nombreuses suspensions de séances. Les syndicats disent être restés sur leur soif après la présentation des réponses du gouvernement à leur plateforme et ont fait observer ce qui suit :

- concernant la masse salariale que le Gouvernement estime à
67,51% des recettes fiscales en 2021, la nécessité d’établir
clairement la part des membres du Gouvernement, des institutions
et celle des travailleurs, en évoquant l’existence de certaines
institutions qu’elles trouvent budgétivores ainsi que la mauvaise
gestion des ressources publiques ;
- s’agissant des libertés syndicales, de nombreux cas de violations
des droits des travailleurs ont été enregistrés malgré les
interpellations des syndicats ;
- pour ce qui est de la question du relèvement du SMIG, la question
est cruciale et doit être rapidement traitée.

Sur les engagements pris par le gouvernement

A l’issue des négociations, le gouvernement a pris les engagements suivants :

- sur la question du relèvement du SMIG, le Gouvernement s’engage
à convoquer, avant la fin du mois de septembre 2021,la
commission nationale sur le SMIG ;

- concernant le relèvement des salaires des travailleurs dans le
secteur privé, le gouvernement s’engage à faciliter la rencontre
bipartite entre le CNPB et les organisations syndicales de
travailleurs avant la fin de l’année2021 ;
- le gouvernement confirme les éléments de réponses déjà donnés
et s’engage à ouvrir des concertations avec les organisations
syndicales pour les approfondir.

Autres points évoqués en divers :

Sur les infrastructures mal construites, le gouvernement a rappelé que le Ministre chargé de l’Urbanisme a été instruit pour mener des enquêtes afin de situer les
responsabilités relativement aux infrastructures dégradées et mal
construites ;
- Sur les exécution des décisions de justice : CNSS,APN,SNAID : le
gouvernement a pris note et avisera de chaque situation ;

- Sur la suite à donner aux travaux des bourses de travail de Bobo et Tenkodogo, le gouvernement s’engage à résilier le contrat en cours avec le maitre
d’ouvrage délégué (MOD) en ce qui concerne la construction de la
bourse de travail de Bobo-Dioulasso et à procéder à la signature
d’un nouveau contrat pour faire face aux difficultés techniques.
S’agissant de la bourse de travail de Tenkodogo, le gouvernement a
relevé qu’il est au stade de passation de marché pour la construction du mur et la pose des pavés ;
- Sur l’avenir de la SOTRACO, le gouvernement s’engage à organiser des
concertations avec l’UAS pour recueillir ses suggestions ;
- conseil d’administration de la CNSS, le gouvernement invite l’UAS à
désigner son représentant en vue de sa nomination en Conseil des
ministres ;
- Sur la prise en compte des indemnités dans le calcul de la pension, le
gouvernement a rappelé que le principe est acté dans la loi N°003-
2021/AN du 1er avril 2021 portant régime de sécurité sociale
applicable aux agents publics de l’Etat au Burkina Faso, L’UAS sera
impliquée dans l’élaboration des textes d’application ;
- Sur la réduction des charges fiscales
de 6 à 4, le gouvernement invite l’UAS à désigner quatre (04) membres pour participer aux assises nationales sur la fiscalité ;
- Sur l’apurement de la dette sociale, le gouvernement a relevé qu’une
décision a été prise pour exempter un certain nombre d’actes de la
signature du Contrôleur financier à l’effet d’alléger la procédure.

En plus de ces points, la délégation syndicale a soumis des
préoccupations relatives à :

- la convention sectorielle des agents de la sécurité privée ;
- la ratification des conventions 155, 181 et 189 de l’OIT ;
- la révision de la loi N°033-2008/AN du 22 mai 2008 portant régime
juridique applicable aux emplois et aux agents des établissements
publics de l’Etat ;
- la représentation des travailleurs au Conseil d’administration de la
CNSS ;
- les atteintes à la liberté syndicale ;
- l’exécution des décisions de justice ;
- l’adoption des textes d’application de la loi N°103-2015/CNTdu22
décembre 2015 portant bail d’habitation privée au Burkina Faso.
Les deux (02) parties ont salué l’ambiance cordiale et sereine qui a
caractérisé les échanges .Elles ont réaffirmé leur volonté d’œuvrer au
renforcement du dialogue pour une paix sociale durable au Burkina
Faso.
Fait à Ouagadougou, le 23 juillet 2021
Pour la délégation gouvernementale
Le ministre de la Fonction publique, du
travail et de la protection sociale,
P/O

Pr Stanislas OUARO
Ministre de l’Education Nationale, de
l’Alphabétisation et de la Promotion des
Langues nationales

Pour la délégation des
organisations syndicales

Abdoulaye Ernest OUEDRAOGO
Président de Mois des Centrales
syndicales, Chef de la délégation

Monsieur Bassolma BAZIE
Secrétaire général de la Confédération générale
du Travail du Burkina (CGT-B),P/O

Monsieur Marcel ZANTE
Secrétaire général de la Confédération
Nationale des Travailleurs du Burkina(CNTB)

Monsieur Paul Nobila KABORE,
Secrétaire général de l’Organisation nationale
des syndicats libres(ONSL)

Monsieur Inoussa NANA
Secrétaire général de Forces ouvrières/Union
nationale des syndicats (FO/UNS),P/O

Monsieur Boureima BAMBA
Représentant le secrétaire général de la
Confédération syndicale Burkinabè (CSB)

Monsieur Rolba Blaise NEBIE
Secrétaire général du Syndicat des Travailleurs
de l’administration des Douanes (SYNATRAD)
Président de mois des syndicats autonomes

Kaceto.net