« Une génération qui ne fait pas mieux que celles qui l’ont précédé, ne mérite pas d’exister », ces paroles du Colonel Auguste Denise Barry, Directeur exécutif du CESDS, témoignent de l’ambition affichée par le Centre d’Etudes Stratégiques en Défense et Sécurité (CESDS) de révolutionner le domaine de la sécurité et de la défense. Le CESDS est un centre réunissant une cinquantaine d’experts civils et militaires qui veut faire entendre la voix du Burkina et de l’Afrique dans le monde. Il a été présenté ce mardi 20 septembre à des personnalités de tout bord.

Un Colonel Denise Auguste Barry maniant les mots et expressions avec brio, c’est dans cette forme que le CESDS a été présenté. Un centre ambitieux qui entend, par la réflexion stratégique, répondre aux besoins sécuritaires du Burkina de l’Afrique et du monde. Les menaces viennent de partout et en tout temps, et il convient de trouver les réponses stratégiques appropriées pour y faire face, tel semble être le message de ce centre.

« Tout est prioritaire » est une expression que l’on a l’habitude d’entendre, mais selon Denise Auguste Barry, ceci est une fuite de responsabilité de l’Homo Africanus. Il faut donc se donner les moyens d’agir afin de véritablement faire face aux différentes crises alimentaires, économiques, politiques, militaires et sécuritaires. Les propos du colonel Auguste Denise Barry, directeur Exécutif du CESDS ont été très durs : « De tout temps, la pensée a toujours précédé l’action. C’est un principe immuable et faute de ne l’avoir pas compris, l’Afrique a payé et continue de payer le prix fort de ce qu’il convient d’appeler à la fois un nanisme ou une cécité stratégique, une irresponsabilité structurelle, générationnelle, et une inconscience géopolitique historique, ce qui se traduit par des tâtonnements et les errements dans l’élaboration et la conduite des politiques publiques ».

Des politiques, il y en avait plein dans la salle de conférence de l’Hôtel Laico de Ouagadougou qui abritait cette présentation. Simon Compaoré, ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure assis au premier rang, Zéphirin Diabré président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) principal parti d’opposition au Burkina, Sheriff Sy président du parlement de la Transition, pasteur Karambiri et Me Titinga Fréderic Pacéré, René Bagoro, ministre de la Justice, entre autres. C’est un public composé de responsables militaires, d’anciens et actuels directeurs d’institutions, d’anciens et actuels membres du gouvernement et des invités étrangers dont le Général Lamine Cissé, Général 5 étoiles venu du Sénégal qui partageait la tribune avec le Professeur Wulson MVomo Ela du Cameroun et Dr Mathurin Houngnikpo du Benin.
Tous les intervenants à cette rencontre de présentation de ce qui se veut être un centre de référence ont salué l’initiative et souligné son importance pour l’Afrique.

L’Afrique une puissance Mondiale

« 2030, l’Afrique est pacifiée unifiée et est devenue un bloc uni, une grande puissance mondiale.L’Afrique parle d’une même voix, sachant taire les dissensions en son sein. Elle a su s’émanciper de la rente coloniale et des tenants de l’économie de comptoir…, comptant sur elle-même, ses ressources humaines et naturelles, l’Afrique offre à tous ses enfants santé, école et emploi. Elle a une conscience géostratégique, fondé sur l’identité culturelle africaine et le panafricanisme et ce sont des institutions de recherche comme le CESDS qui y ont contribué  » c’est le rêve que fait le Professeur Wulson Mvomo Ela et le docteur Mathurin Hougnigpo embouchera la même trompette, pour rappeler que c’est ce rêve que nourrissait la défunte Organisation de l’Unité Africaine (OUA) dans sa charte élaborée en 1963. Mais malheureusement, nous en sommes encore aujourd’hui à caresser le même rêve. Il est donc temps d’agir comme l’a souligné le Général Lamine Cissé qui appellera à la création d’Armée Nation. Ce qui implique trois règles :

  • Les forces armées sont une composante à part entière de la nation
  • Les forces armées sont au service de la nation
  • Les forces armées sont professionnelles
    Si ces trois règles sont remplies, les soldats seront des exemples dont les jeunes pourront s’inspirer.

Parler de stratégies de défense et de sécurité revient à parler de développement tant , selon les intervenants à cette cérémonie de présentation, les implications sont multiples. Le CESDS se veut donc un outil de développement et selon le Colonel Major Honoré Lucien Nombré, Directeur du département études stratégiques du CESDS, le début effectif de ses activités est pour la fin de l’année 2016. Mais dès maintenant, le CESDS va aller à la rencontre des gouvernements des pays africains et d’autres institutions afin de se présenter et nouer des partenariats.
Si la cérémonie se voulait solennelle, elle a tout de même connue la prestation artistique de la talentueuse Malika la Slameuse et de celui que l’on surnomme le Prince aux pieds nus, Alif Naaba.

Hermann Wendkouni Nazé
Kaceto.net