Ablassé Ouédraogo est entré en campagne hier 5 novembre en animant un meeting dans l’arrondissement N°6 de Ouagadougou. Occasion pour lui de dresser un sévère bilan du président Kaboré et de se poser en sauveur de la nation.

Avec un retard de cinq (5) jours, le candidat du parti Le Faso Autrement, Ablassé Ouédraogo est entré en campagne hier 5 novembre en animant un meeting dans l’arrondissement N°6 de Ouagadougou. Exactement le même jour que le président sortant et pour les mêmes raisons, à savoir, le décès le 27 octobre dernier du père du président et son inhumation le 3 novembre à Tuiré, dans le Ganzourgou.
Comme les autres opposants, Ablassé Ouédraogo a dressé un sévère bilan du quinquennat du président Kaboré. Bien entendu, la question sécuritaire, la grogne sociale et la gestion de la pandémie du COVID-19. "Le président Kaboré et le MPP ont lamentablement échoué" a t-il lancé devant l’assistance. Pour lui, les Burkinabè ont vécu cinq années marquées par "l’insécurité, la malchance et la malédiction", ce qu’il résume par le concept de "Rochosité".
Un bilan qui conduit le candidat Ablassé Ouédraogo à prédire que le peuple burkinabè en tiendra compte dans les urnes en sanctionnant Roch qui "sera recalé dès le premier tour".


Se posant en sauveur, il a dévoilé les grandes lignes et les priorités de son mandat s’il est élu. La première priorité est la réconciliation nationale afin que les Burkinabè qui sont "divisés" et " ne se parlent" pas puissent se retrouver et dialoguer "sincèrement" afin de trouver les solutions à leurs problèmes. Et pour lui, la réconciliation passe par un forum national sans exclusion. Il ne croit pas un seul instant à l’engagement pris par le président sortant de créer les conditions d’une réconciliation nationale avec le retour des exilés dès le premier semestre 2021.
Passée l’étape de la réconciliation, les Burkinabè pourront faire face à l’insécurité qui les frappe depuis janvier 2016. La relance de l’économie suivra pour un développement durable.
Pour son premier meeting, Ablassé Ouédraogo a reçu la visite de Tahirou Barry, lui aussi candidat et porte-drapeau du Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR). Il a répondu à l’invitation de son "grand-frère" et s’est "heureux d’être avec lui", convaincu que c’est ensemble qu’ils vont faire échouer le candidat du MPP et des partis de la majorité présidentielle.

Dominique Koné
Kaceto.net