La 12e édition du Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou (SITHO) se tiendra du 28 septembre au 1er octobre 2017 à Ouagadougou, sous le thème « Tourisme interne : enjeux et défis ». Un thème d’autant important qu’il s’inscrit dans la vision du Plan national de développement économique et social (PNDES).

En effet, il ressort de l’analyse du secteur que « les activités touristiques connaissent un développement important lié en grande partie au dynamisme des sous-secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des voyages ». Toute chose qui témoigne de son fort potentiel de croissance.

C’est donc à juste titre que les projecteurs seront orientés vers la capitale burkinabè pendant quatre jours, pour mettre en lumière le riche patrimoine et les immenses potentialités touristiques du Burkina Faso.

Le Burkina Faso, un pays aux potentialités touristiques énormes

Les potentialités touristiques existent dans toutes les parties du pays, avec notamment de nombreux sites touristiques dont les plus célèbres sont entre autres, les Ruines de Loropéni, les sculptures sur granite de Laongo, les Cascades de karfiguéla, la mosquée de Dioulassoba, les dunes d’Oursi. A ces sites s’ajoutent les parcs W-Arly-Pendjari inscrits le 7 juillet 2017 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Ainsi le tourisme cynégétique bénéficie-t-il d’un label international qui sans nul doute va booster la demande touristique dans ces localités du Burkina Faso. En plus de ces sites plus ou moins bien connus des populations burkinabè, d’autres sont en aménagement et régulièrement visités par les responsables du ministère en charge de la culture pour s’assurer du bon déroulement des travaux et de la qualité des œuvres.

Mais le défi majeur à relever reste la communication autour des sites en vue de les faire connaître pour mieux les valoriser et surtout les faire programmer par les « Tour Operator ». Un souci qui devrait en partie trouver sa réponse dans la tenue de cette 12e édition du SITHO, avec des panels prévus sur des thèmes au nombre desquels :

– « l’offre touristique globale au Burkina Faso : atouts et perspectives » ;- « Promotion du Tourisme interne et menaces sécuritaires : défis et perspectives » ;

– « Aménagement des sites touristiques au Burkina Faso : défis et perspectives ».

Ces panels offrent l’opportunité aux participants au salon, prévu dans l’enceinte du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO), d’avoir des informations fiables sur le tourisme et l’hôtellerie pour mieux étudier ses contours et ses facettes.

Une nouvelle approche de promotion du tourisme

Il s’agit, dans la dynamique de l’organisation de cette 12ème édition du SITHO d’instaurer une nouvelle approche de promotion du tourisme récepteur et du tourisme intra régional.

Toutefois le salon reste un cadre pour rapprocher les « Tour Operator du Nord », grands voyagistes, des professionnels africains du secteur du tourisme et de l’hôtellerie. Toute chose qui devrait permettre un échange d’expériences, de partage de connaissances, et de bonnes pratiques.

Par ailleurs, le tourisme constitue un choix stratégique pour la mise en œuvre du programme « Connais-tu ton beau pays ? » qui a aussi pour but d’inciter les Burkinabè à aller découvrir les merveilles touristiques de leur pays. Du reste, l’adhésion des membres du gouvernement à l’idée de visiter des sites touristiques aux dernières vacances est un message fort et une invite faite aux populations à emboîter le pas.

D’ailleurs, la valorisation du tourisme interne, des comités consultatifs d’initiatives seront solennellement lancés le 1er octobre 2017 par le ministre de la Culture des arts et du tourisme. Il s’agit en l’occurrence du concerto, des messagers du Faso et des 72 minutes au Burkina Faso.

Le CONCERTO étant un Cadre strictement consultatif regroupant des personnes ressources des secteurs de la culture, du tourisme ainsi que des secteurs partenaires. Il constituera une force de proposition pour l’Office national du tourisme burkinabè (ONTB) et le secteur du tourisme.

Les messagers du Faso ou « missi dominici du Faso » constituent un réseau de promotion des valeurs référentielles du Burkina Faso, de son image et de sa place dans le concert des Nations.

Les « 72 minutes au Burkina Faso », font référence aux conventionnelles « 72 heures » des portes ouvertes qui, à travers des opérations alternatives de communications éclaires mais pertinentes et percutantes, sont destinées à convaincre les décideurs des atouts incommensurables de la destination Burkina Faso.

Quant aux semis répliques, elles visent à semer les répliques de nos symboles les plus communicants de la « Destination Burkina Faso » dans des lieux de prestiges et de rencontre des décideurs de l’Afrique et du monde entier (Nations Unies, Unesco, Union Africaine, etc.) en vue de promouvoir de manière permanente et prolongée « la destination Burkina Faso ».

Le succès de cette entreprise repose sur l’implication de tous les acteurs. Le privé est concerné au premier chef car il est majoritaire dans les secteurs, l’Etat n’ayant pas vocation à faire du commerce. Les promoteurs privés de site, les concessionnaires de chasse, les hôteliers, restaurateurs et autres acteurs du secteur devraient s’investir à fonds dans cette manifestation pour avoir une certaine visibilité et faire connaître les réalités du secteur. En tout état de cause, le salon leur appartient, l’Etat n’ayant mis en place que le cadre institutionnel.

En somme le SITHO, dont les portes s’ouvrent ce 28 septembre, reste et demeure une rencontre ouverte à toutes les personnes qui s’intéressent aux secteurs.

Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.