Dans la nuit du mardi à mercredi, des hommes armés ont incendié, la mairie, la préfecture, la circonscription d’éducation de base et le lycée départemental de Tansarga, dans la province de la Tapoa, apprends-t-on de sources locales.

Selon les mêmes sources, ces individus ont débarqué aux environs de 20 heures, en plein couvre-feu, sans crier gare.
En effet, cette fois, précise les interlocuteurs de l’AIB, les hommes armés ont pénétré Tansarga à pied. A croire donc qu’ils ont garé leurs moyens de déplacement dans les périphéries de la ville.
C’est lorsque des coups de feu, assimilables à des tirs de sommation, retentissaient à la mairie que les populations se sont rendues compte de l’incursion de la bande armée.
Une situation qui laisse planer l’incertitude sur la rentrée scolaire 2020-2021 dans la localité. D’autant plus que le lycée départemental était l’une des rares infrastructures scolaires fonctionnelles, à ce jour, dans toute la commune de Tansarga.
Les informateurs de l’AIB craignent que la visite des hommes armés à l’établissement d’enseignement public n’entraine systématiquement la fermeture du lycée communal et des deux établissements privés de la localité.
La problématique serait en réflexion par un comité de crise aussitôt installé afin de permettre aux milliers d’élèves de retrouver le chemin de l’école.
A entendre nos interlocuteurs, c’est avec désolation que les populations ont constaté, tôt le matin, les dégâts des exactions de la bande armée.
Des dossiers scolaires et d’importants documents administratifs seraient consumés par les flammes.
Comme les communes de Botou et de Logobou, où l’administration et l’école n’existent plus, la commune de Tansarga est en train de devenir un véritable no mans land.

Agence d’information du Burkina
Photo : Gulmu.info

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.