Le nombre d’enfants et jeunes en situation de rue (EJSR) dans la capitale burkinabè, est passé de 81 en 1990 à 2 329 personnes en 2016, représentant 25% de l’effectif national de 9 313, a appris l’AIB mardi auprès d’un responsable de l’Action sociale.

Le recensement en 2016 des enfants et jeunes en situation de rue (EJSR) fait ressortir 9313 cas pour 49 communes urbaines du Burkina Faso dont 2329 individus (25%) pour la seule ville de Ouagadougou.

Ces chiffres ont été donnés le mardi 12 juin 2018 par le Directeur régional en charge de la Solidarité nationale du Centre, Abdoul Mamadou Bassaoulet, à l’occasion de la première session du Cadre de concertation provinciale du Kadiogo.

Il a précisé que le terme ‘’enfant’’ renvoie à un être humain de moins de 18 ans alors que l’expression ‘’jeune’’, désigne toute personne âgée de 10 à moins de 25 ans.

D’après l’administrateur social, en 1990, les EJSR était au nombre de 81 à Ouagadougou, 525 en 2002 et 1 396 en 2010. Au niveau national, on a recensé 2 146 EJSR en 2002 et 5 721 en 2010.

Parmi les 9 313 EJSR dénombrés en 2016, figurent 7 546 garçons (81%) et 1 767 filles (19%), a affirmé Abdoul Mamadou Bassaoulet.

Selon M. Bassaoulet, les régions du Centre (25%) et des Hauts-Bassins (16,6%) abritent à elles seules, 2/5 de l’ensemble des EJSR.

Les régions pourvoyeuses des EJSR sont le Sahel (14,3%), les Hauts-Bassins (13,3%) et le Centre (9,3%), a-t-il ajouté.

Le Directeur régional en charge de la Solidarité nationale a noté aussi que le groupe dominant est celui des 12 à 15 ans (35,3%), suivi des 16 à 18 ans (21,9%) et des plus de 18 ans (16, 2%).

Il a particulièrement regretté la présence de 897 enfants de zéro à cinq ans (9,9%), utilisés parfois par leurs parents dans la mendicité.

Les principales raisons qui expliquent cette situation sont la pauvreté, selon 35,6% des enquêtés et les foyers coraniques (27,4%) dont la majorité des apprenants mendient dans la rue.

L’explosion démographique, l’exode rural, les faibles taux de scolarisation, les déperditions scolaires, les conflits familiaux sont également des facteurs à prendre en compte, d’après Abdoul Mamadou Bassaoulet.

Il a indiqué que le ministère en charge de la Solidarité nationale ambitionne de retirer 50% des EJSR d’ici à 2020 à travers la prise en charge adéquate de ceux qui sont en rue et le développement de mécanismes de prévention en faveur de ceux qui courent des risques de se retrouver dans la rue.

M. Bassolet a affirmé qu’en 2017 ; 242 EJSR ont été scolarisés au primaire, 126 au post primaire et au secondaire et 318 inscrits en formation professionnelle.

157 sont retournés dans leur localité d’origine, 27 d’entre eux ont bénéficié d’activités génératrices de revenus et 32 enfants à risque ont été placés dans des internats éducatifs.

Il a aussi mentionné la création en 2017, d’un Centre d’accueil d’urgence, la création de cinq équipes d’intervention en milieu ouvert (EIMO) et la mise en place de cinq ‘’points espoir’’ (espaces de jeux et de loisirs, d’écoute et de soins).

Agence d’Information du Burkina

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.