Le président du Faso joue t-il avec les nerfs des Burkinabè ? On peut le penser vu le temps qu’il met à rendre publique l’identité de celui qui remplace Paul Kaba Thiéba, débarqué vendredi soir après trois ans de bons et loyaux services.
Qui est la perle rare qui a été choisie pour conduire la nouvelle équipe ? C’est la question qui a alimenté les rumeurs les plus folles, inondé la toile et meublé les conversations dans les salons feutrés et les gargotes du Burkina durant tout le week-end.
Les plus tenaces ont attendu le dernier journal de la RTB de 22h, convaincus que la fumée blanche va enfin sortir de Kosyam. En vain.
Leur attente devrait être comblée aujourd’hui. Hier, le président du Faso, Roch Marc Kaboré a rencontré les membres du Bureau exécutif national du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) avec lesquels il a échangé sur les sujets d’actualité et recueilli leurs observations et leurs attentes. De bonne source, une nouvelle rencontre est prévue ce matin, certainement une occasion de leur soumettre le projet de composition du nouveau gouvernement et recueillir leur avis.
En 2016, cette instance exécutive du MPP avait retoqué la liste du premier gouvernement en exigeant le retrait du nom de Vincent Dabilgou, pressenti pour occuper le portefeuille qui est le sien aujourd’hui.
Ce scénario va t-il se reproduire aujourd’hui ? "Nous irons écouter le PF et s’il y a des objections à faire, nous le ferons. Le PF écoute, même si à la fin, c’est lui qui décide", confie un cadre du MPP.
Selon une règle non écrite, mais qui est strictement observée pour tenir compte des équilibres géopolitiques régionalistes, le premier ministre ne doit être ni Moaga, ni originaire du plateau central, le président du Faso et le président de l’Assemblée nationale étant des Mossés.
Les pronostics sont ouverts !

Kaceto.net

images

1 Messages

  • Bonjour. Je ne partage pas cet avis fondé sur la pratique (règle non écrite) du choix basé sur les considérations géopolitiques au sujet du 1er Ministre. Le contexte socio politique et économique peut dicter des exceptions aux règles.

    Ainsi, si l’oiseau rare, la compétence, la confiance est déniché, il faut se
    départir de cette règle.

    Par conséquent, mon humble avis est de ne pas faire des exclusions a priori. La même logique a pendant plus de 2 décennies, prôné que le 1er Ministre ici soit un économiste, mais vous vous souvenez du journaliste ! Bref ! Comme le dit le soldat "le terrain dicte la manœuvre"


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.