Les missions de nos homologues du MCC et des consultants associés ont connu un ralentissement en début 2019 du fait du « shutdown », l’arrêt des activités gouvernementales aux États-Unis suite au désaccord sur le budget au Congrès.

En rappel, l’UCF-Burkina a mis à profit cette période pour valider, avec les parties prenantes, les études menées sur : (i) les effets socio-économiques de l’électricité dans les zones électrifiées au Burkina Faso le 30 janvier 2019, (ii) les bassins économiques à fortes potentialités pour le secteur privé le 31 janvier 2019 et (iii) l’Evaluation environnementale stratégique (EES) le 12 février 2019.

En plus de cela, les experts de l’UCF-Burkina, avec l’appui des parties prenantes, ont élaboré deux importants rapports sur l’étude de la demande d’électricité et sur les données relatives à la stimulation électrique.

D’autre part, l’UCF-Burkina a appuyé le MINEFID pour la formation de 20 acteurs gouvernementaux sur la contractualisation avec les Producteurs Indépendants d’Energie. Ce renforcement de capacité, assuré par l’USAID et Power Africa, est prévu pour se faire en trois sessions d’une semaine (du 04 au 08 février, du 11 au 15 mars et du 8 au 11 avril 2019).

Démarrage effectif des activités de la phase 4 du Compact 2 et aussi…

poursuite des missions du Compact régional

Du 04 au 06 mars 2019 : mission du MCC sur le compact régional avec des concertations avec les parties prenantes (Premier ministère, ministère de l’énergie, ministère des infrastructures, SONABEL, UEMOA, Banque mondiale…).

Du 16 au 30 mars 2019 : une importante délégation du MCC séjournera à Ouaga pour lancer les études majeures de la 4e et dernière phase du processus de formulation du second compact. Ce sont :

l’étude de faisabilité détaillée des projets,
l’étude de la feuille de route,
l’étude de la volonté de payer.
Ces études, menées par des cabinets internationaux, seront financées par le Fonds de développement du Compact (CDF) et contribueront à définir les contours définitifs des projets du second compact qui satisfassent et le MCC et le gouvernement du Burkina Faso.

L’objectif global étant « d’améliorer l’accès des entreprises et des ménages à une électricité suffisante, de qualité et moins coûteuse, ainsi qu’à une main d’œuvre qualifiée permettant une pleine valorisation de l’électricité ».

Parallèlement, une mission « juridique » du MCC travaillera sur l’environnement local (questions fiscales et comptables du compact en lien avec les exigences du MCC).

Aouaga.com

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.