Les pays de la CEDEAO se sont fixés jusqu’au 31 mars 2021 pour abolir les frais d’itinérance sur les communications mobiles. Le projet traîne depuis 2017. Un nouveau plan d’action sera validé le 29 septembre, et le régulateur télécoms ivoirien veillera à la collaboration entre tous ses pairs afin qu’il soit respecté.

Le 29 septembre 2020, les Autorités nationales de régulation (ANR) du secteur télécoms des pays-membres de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) valideront le plan d’action pour la mise en œuvre effective du projet free roaming au 31 mars 2021. C’est la résolution prise la semaine dernière.

Lors de la rencontre virtuelle organisée le 15 septembre 2020 pour examiner les progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’initiative tarifaire sous-régionale et élaborer une stratégie pour son accélération, les directeurs généraux des ANR, conscients qu’elle piétine depuis 2017 à cause du retard de certains pays, ont adopté une résolution permettant aux pays qui sont déjà prêts à l’entamer immédiatement.

Ils ont également confié à l’Autorité de régulation des télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI) la coordination des mesures visant à renforcer la collaboration entre les différents régulateurs télécoms, dans la mise en œuvre du free roaming. Le régulateur télécoms ivoirien sera soutenue dans cette tâche par l’Autorité nationale des communications (NCA) du Ghana.

Actuellement, seuls le Sénégal, la Guinée, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Togo, la Sierra Leone et le Liberia ont véritablement lancé le projet d’abolition des frais d’itinérance sur les communications mobiles. Les neuf pays s’étaient mis d’accord au regard des lenteurs qui s’accumulaient au niveau rég