La 34ème édition de la coupe du Faso de football a connu son épilogue hier 20 juin dans la cuvette du stade du 4 août avec la victoire de l’ASFA Yennega face à l’Association sportive des fonctionnaires de Bobo-Dioulasso (ASFB) sur le score de 0-1.
Pour la cinquième fois de son histoire, l’ASFA-Y s’adjuge le trophée de la coupe du Faso et représentera le Burkina à la coupe de la confédération.

« Ça été une finale palpitante entre l’ASFB et l’ASFA-Yennenga. Le meilleur a gagné. C’est un match qui s’est déroulé dans un esprit de fair-play et je voudrais saluer les deux équipes pour ce qu’elles nous ont montré ce soir ». Commentaire du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré peu après avoir remis le trophée au capitaine de l’ASFA-Y, victorieuse de la finale qui l’a opposée à l’Association sportive des fonctionnaires de Bobo-Dioulasso (ASFB). Score final : 0-1. .
Sur l’ensemble du jeu, la victoire de l’ASFA-Y est largement méritée tant l’équipe a rationnellement occupé le terrain et mis la pression sur son adversaire dès le début du match. Sur un coup franc excentré près des 18 mètres, le défenseur de l’ASFA-Y saute plus haut et d’une balle piquée de la tête, trompe le gardien bobolais. Nous sommes à la 23ème minute. C’est sur ce score d’ailleurs qu’intervient la mi-temps.
A la reprise, les Bobolais reviennent avec des intentions clairement affichées de remonter le score. Ils jouent mieux, prennent le contrôle du milieu du terrain et exploitent également les côtés. Ils auraient d’ailleurs pu revenir au score n’eut été la maladresse de leurs attaquants qui, à deux reprises, ratent le cadre en envoyant le ballon au ciel.


Visiblement plus frais que leurs adversaires dans le dernier quart d’heure, ils sont passés à côté d’une égalisation qui aurait donné un autre visage à la rencontre.
L’ASFA-Y a plié, sans rompre et a préservé son acquis jusqu’au coup de sifflet final.
A noter que le trio arbitral était ivoirien, signe de l’amitié qui lie les deux pays. "C’est comme ça depuis quelques années. A la finale de la coupe de Côte d’Ivoire, ce sera un trio arbitra burkinabè qui officiera", explique un connaisseur.
En plus du trophée, le club dirigé par le maire de Ouagadougou Armand Roland Pierre Béouindé empoche 10 millions de F CFA et les perdants 7,5 millions de F CFA.
Mais disons-le tout net : le football burkinabè ne semble plus passionner grand monde. Pour cette finale de la coupe du Faso présidée par le président Kaboré avec la présence du premier ministre, de quelques ministres et surtout de l’entrée gratuite, le state était à peine rempli au 2/5è.
"C’est vrai, les clubs n’ont pas les moyens de leurs ambitions et le niveau de notre championnat a baissé comparativement aux 20 dernières années. Le nouveau public a déserté les stades et préfère se connecter sur les championnats européens via la télé. C’est triste", confie, impuissant, un confrère sportif.

Georges Diao
Kaceto.net