Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a co-présidé, avec son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, la cérémonie d’ouverture de la 8e Conférence au sommet des chefs d’Etat du Traité d’Amitié et de Coopération entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Le président Kaboré a saisi cette opportunité pour élever son frère et ami, Alassane Ouattara, à la dignité de Grand-Croix de l’Etalon, la plus haute distinction honorifique du Burkina Faso.

« Je voudrais vous dire toute ma gratitude pour la haute distinction que vous me conférez et vous dire que c’est au nom du peuple ivoirien que je la reçois », tels ont été les propos de remerciement du président ivoirien Alassane Ouattara.
Les allocutions des deux chefs d’Etat ont ponctué la cérémonie d’ouverture du TAC 8.
Pour Roch Marc Christian Kaboré, « le TAC se pose à nous comme une base d’amélioration continue des conditions de vie et de séjour de nos populations, à travers les échanges et la coopération entre nos deux pays. Et les présents travaux nous donnent l’heureuse opportunité de continuer à nous investir dans cette quête permanente ». Le président du Faso s’est réjoui de la signature de nombreux accords, depuis la conclusion du traité en 2008, et des progrès réalisés dans la mise en œuvre des projets et programmes.
Le président ivoirien Alassane Ouattara a, quant à lui, félicité les premiers ministres et les gouvernements des deux pays pour « leur ardeur à la tâche » surtout dans la mise en œuvre des chantiers, tels le projet de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, l’approvisionnement en électricité du Burkina Faso à partir de la Côte d’Ivoire, et la coopération dans le domaine de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme. « Nous devons toutefois déplorer la lenteur, voire le non-démarrage de certains projets comme le projet de réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya avec son prolongement à Tambao au Niger, et la matérialisation de la frontière », a poursuivi le président ivoirien.
Le sommet des chefs d’Etat sera une opportunité de se pencher sur les raisons qui empêchent le démarrage de ces projets. Les questions sécuritaires figurent en bonne place dans l’ordre du jour de cette rencontre, qui a débuté aussitôt après la cérémonie d’ouverture, par une séance de travail restreinte à huis-clos sur le sujet.

Direction de la communication de la présidence du Faso

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.