Message de l’Association des professionnels et acteurs du froid et de la climatisation (APFC) du Burkina Faso à l’occasion de la célébration de la deuxième édition de la Journée Mondiale du Froid le 26 Juin 2020

Le monde entier célèbre la deuxième édition de la Journée mondiale du froid (JMF) le 26 juin 2020 dans un contexte marqué par la pandémie du COVID-19.
Lors de la première édition en 2019, le Burkina Faso à travers l’Association des professionnels du froid et la climatisation du Burkina Faso (APFC) et l’Association des ingénieurs et techniciens frigoristes du Burkina (AITFB), a célébré la journée mondiale du froid à travers le thème : « Le froid dans le développement socio-économique en Afrique » sous la présidence du Ministre de l’Energie et du Ministre en charge de l’Environnement et le parrainage du Président de la Chambre Nationale d’Agriculture.
Cette première édition a connu un franc succès grâce à l’implication d’acteurs nationaux (bureau national ozone, centres de formation professionnelle, secteurs public et privé), africains (associations sœurs de la Côte d’Ivoire, du Niger et la république démocratique du Congo) et internationaux (Institut International du Froid…), en témoigne la citation du Burkina Faso par les initiateurs du Word Refrigeration Day (WRD) comme étant le pays ayant donné le plus d’éclat à l’organisation de la première édition mondiale.
Au Burkina Faso, La deuxième édition de la JMF est placée sous le thème « la chaine du froid, facteur indispensable dans l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire au Burkina Faso » et est célébrée dans la sobriété, la réflexion et l’action tout en respectant les mesures barrières dans un contexte de pandémie du COVID 19. L’APFC est solidaire des efforts entrepris par les différents acteurs pour faire face à cette pandémie. Aussi, elle recommande la plus grande vigilance à l’ensemble de la population dans le respect des mesures barrières qui permettra au Burkina Faso et au monde entier de venir à bout de cette pandémie.
Le rôle essentiel du secteur du froid dans la lutte contre le virus COVID-19 a été rappelé sous forme de communiqué par l’Institut International du Froid (IIF) aux différents gouvernements.
Pour revenir au thème de la célébration de la deuxième édition au Burkina Faso, il met l’accent sur l’importance de la chaine du froid dans l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire au Burkina Faso dans un objectif de sécurité alimentaire.
Le manque d’une chaîne du froid fiable et suffisante en Afrique subsaharienne est l’une des principales causes des pertes de produits périssables, estimées à environ 25 à30% pour les produits d’origine animale et 40 à 50% pour les racines, les tubercules et les fruits et légumes (FAO, 2011). Ces pertes se traduisent non seulement par une dégradation de la sécurité alimentaire dans toutes ses dimensions, mais aussi par la perte d’opportunités de marchés, le gaspillage de ressources rares consacrées à leur production (l’eau, la terre et l’énergie) et une empreinte écologique considérable. Une étude menée par l’Institut International du Froid (6ème note d’information sur le froid et l’alimentation de l’IIF- mars 2020) à partir de bases de données collectées auprès des Nations Unies (FAO) et d’organisations professionnelles a permis de ressortir les résultats suivants :
-  Sur une année (2013), les aliments qui devraient bénéficier du froid représentent 1.661 millions de tonnes, soit 46% des aliments pro¬duits, une fois déduites les pertes au niveau de l’agriculture et de la récolte.
-  Mais seulement 47% de ce tonnage est conservé au froid, entrainant une perte de 13% de la production alimentaire, particulièrement marquée dans les pays en développement, où la capacité frigorifique disponible est très inférieure à celle des pays développés.
-  Les 475 millions de tonnes d’aliments perdus pourraient être sauvegardés grâce au froid, ce qui permettrait en théorie de nourrir 950 millions d’habitants par an.
Ce chiffre doit être mis en perspective avec le fait qu’en 2018, 821 millions de personnes étaient sous-alimentées et que la population mondiale doit croître encore de 2 milliards d’ici 2050. Bien entendu, il ne sera jamais possible de préserver l’ensemble des denrées périssables tout en garantissant une nourriture saine pour tous. Mais en comparant l’état des lieux dans les différents pays, il est clair que les marges de progrès sont très importantes et que le froid doit compter parmi les solutions à promouvoir pour améliorer la sécurité alimentaire partout dans le monde.


Le Froid pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire et l’amélioration de la sécurité alimentaire sera donc au centre des préoccupations de la présente édition de la JMF et des activités de l’APFC au cours de l’année 2020. Un accent sera accordé au suivi de la mise en œuvre des recommandations formulées lors de la première édition des JMF auprès des pouvoirs publics et des autres acteurs suivant la synthèse ci-dessous :
1. Accorder une place de choix au secteur du froid en intégrant sa promotion dans les documents de politiques et les stratégies de développement
2. Impliquer les organisations professionnelles et les associations du domaine du froid et de la climatisation dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques et stratégies afférentes
3. Accompagner et développer les centres de formation professionnelle dans le domaine du froid
4. Engager la réflexion sur la détaxation et/ou l’exonération du matériel et des équipements frigorifiques qui ne constituent pas un luxe mais une nécessité pour assurer le développement socio-économique du Burkina Faso
5. Mettre en place un Groupe de Travail sur le Froid au Burkina Faso
6. Elaborer un document de référence ou un état de lieux détaillé du Froid au Burkina Faso
7. Elaborer un annuaire des tous les acteurs intervenants dans le domaine du froid et de la climatisation au Burkina Faso et en Afrique
8. Promouvoir la certification des professionnels des métiers du Froid
9. Intégrer le Genre dans toutes les activités relatives à la promotion du Froid
10. Faire de Ouagadougou la « Capitale africaine du Froid »
Cette dernière recommandation se concrétise avec l’annonce de la naissance de l’Union des Associations Africaines des Acteurs de la Réfrigération (U-3ARC) à Ouagadougou en septembre 2020.
Tous mobilisés avec le soutien des pouvoirs publics, du secteur privé et des organisations internationales, l’APFC fonde l’espoir de voir l’industrie du froid jouer un rôle majeur dans l’économie nationale dans les domaines de l’alimentation, de la santé, de l’énergie et de l’environnement.
Vive le BURKINA FASO, Vice l’APFC, Vive le Froid

Elie OUEDRAOGO, Président de l’Association des professionnels du froid et de la climatisation du Burkina Faso (APFC)

Encart APFC
L’Association des Professionnels et acteurs du Froid et de la Climatisation (APFC), régie par la loi N° 064-2015/CNT portant liberté d’association au Burkina Faso, a été créée le 13 avril2019. Elle est reconnue par les pouvoirs publics à travers le récépissé N° N000006904 en date du 15/01/2020.
L’Association des Professionnels et acteurs du Froid et de la Climatisation (APFC) a une vocation nationale et regroupe les experts, ingénieurs, techniciens, ouvriers qualifiés, étudiants, stagiaires et acteurs du froid et de la climatisation. L’Association des Professionnels et acteurs du Froid et de la Climatisation s’est fixél’objectif général de promotion des métiers du froid et de la climatisation au Burkina Faso dans une vision de développement durable.
Contact : Elie OUEDRAOGO, Président APFC, Tél. 70297518 / 78160616, Email : smem.bf@gmail.com

images

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.