La scène se joue à Koudougou, en cette soirée du 17 mai 2022. La question du maintien des filles à l’école et du « comment réussir sa scolarité » est posée à un auditoire de parents d’élèves et d’élèves eux-mêmes. Avec le théâtre et le slam, des élèves issus de divers établissements, mettent en exergue l’importance de la scolarisation des filles, les défis de la jeune fille scolarisée et le rôle des acteurs de l’éducation dans le maintien des filles à l’école.

La scène se joue à Koudougou, en cette soirée du 17 mai 2022. La question du maintien des filles à l’école et du « comment réussir sa scolarité » est posée à un auditoire de parents d’élèves et d’élèves eux-mêmes. Avec le théâtre et le slam, des élèves issus de divers établissements, mettent en exergue l’importance de la scolarisation des filles, les défis de la jeune fille scolarisée et le rôle des acteurs de l’éducation dans le maintien des filles à l’école.

Les maitres de la scène d’un soir déploient leurs talents dans le jeu et l’expression artistique pour interpeller les uns et les autres sur leur responsabilité dans l’inscription et le maintien des filles à l’école. Chacun doit participer à la création d’un cadre de sécurité propice à la réussite scolaire et à celle des filles en particulier. Quand KABORE Alizeta, élève en classe de 2nde C, prend la parole, elle invite ses pairs à se donner entièrement à leurs études afin de devenir plus tard des femmes exemplaires et indépendantes dans la société.
Madame Zongo/Nitiema Bernadette, Directrice régionale de l’Enseignements Post-primaire et Secondaire du centre- Ouest, est allée dans le même sens en s’adressant au public. Elle exhorte les élèves à travailler ardemment afin de réussir en évitant toutes les situations qui pourraient compromettre leur avenir. Les parents d’élèves et les acteurs de l’éducation sont également invités à accompagner les élèves vers le succès.


Cette activité du projet "appui à l’éducation post- primaire et secondaire des filles dans la région du centre-ouest ", pilotée par la Direction de la Promotion de l’Education Inclusive, de l’Education des Filles et du Genre(DPEIEFG) souligne l’importance que le Gouvernement burkinabè accorde à l’éducation des filles. Ne dit-on pas à juste titre que « Eduquer une fille c’est éduquer une Nation » ? Mais sur le chemin de l’école, de nombreux obstacles se dressent contre la fille, des obstacles liés aux traditions. Devant cette situation, la communication et la sensibilisation apparaissent comme de puissantes armes pour faire évoluer les mentalités et déconstruire certains discours rétrogrades. Les défenseurs de la cause de l’éducation des filles ne se sont pas contentés de diffuser des messages et de la nourriture de l’esprit, ils ont doté les filles en serviettes hygiéniques, car la question des menstrues apparaît comme une autre contrainte qui amène des filles à s’absenter, et même à abandonner l’école.
Ce projet hautement financé par L’UNICEF a également parrainé 550 élèves de la région.
Après Koudougou, les défenseurs de la cause de l’éducation des filles déploient leur scène le 19 mai 2022 à Léo, dans la Sissili, pour d’autres théâtres d’animation et d’interpellation.

DCRP/MENAPLN.